« Ne laissons pas notre pays ‘cramer’ ! »

Communiqué des élu·es écologistes et citoyens
 

Alors que la France est confrontée à une nouvelle vague de chaleur exceptionnelle qui survient particulièrement tôt dans l’année, le Groupe des élu·es écologistes et citoyens de la ville et de l’Eurométropole de Strasbourg rappelle l’urgence d’accélérer notre politique de transformation écologique du territoire. Cet épisode démontre une fois de plus l’importance vitale d’adapter rapidement et efficacement nos villes aux fortes chaleurs que les habitantes et habitants subissent et vont subir de plus en plus fréquemment.

Ainsi, dès notre arrivée aux responsabilités, nous nous sommes mobilisé·es pour adapter le territoire et protéger la santé des habitant·es, notamment les plus fragiles et précaires en déclarant l’état d’urgence climatique. Nous nous sommes engagé·es à planter plus de 10 000 arbres jusqu’en 2030. Depuis juin 2020, ce sont près de 2000 arbres déjà plantés. Ces 2000 arbres, ce sont autant de zones de fraîcheur et de répit, pour s’abriter du soleil les jours de fortes chaleurs.

Sous l’impulsion de Suzanne Brolly et Marc Hoffsess, qui coordonnent le plan Climat, la Ville de Strasbourg met en œuvre une politique volontariste pour le rafraîchissement de l’espace public. À court terme avec le déploiement des oasis de fraîcheur sur les grandes places bétonnées de la ville, l’installation d’ombrières dans certaines cours d’écoles, la végétalisation des cours d’écoles, et à plus long terme pour s’adapter au nouveau régime climatique, avec l’accélération de la rénovation thermique du patrimoine bâti et la végétalisation et la déminéralisation plus pérenne de l’espace public.

La révolution des mobilités, avec la mise en place du Réseau Express métropolitain, la gratuité des transports en communs pour les mineur·es, le développement des parcours cyclables et piétons, la mise en place de la ZFE…, mesures défendues par nos élu·es et notamment Alain Jund, Françoise Schaetzel, Danielle Dambach et Sophie Dupressoir, ont pour objectif de réduire notre dépendance aux énergies fossiles responsables du dérèglement climatique, de réduire l’impact néfaste sur notre santé du tout voiture et d’une qualité de l’air dégradée.

En 2003, des millions de Françaises et Français découvraient ce qu’était une canicule. En 2022, ces épisodes de fortes chaleurs sont tellement fréquents, que l’on ne mesure et ne s’émeut même plus des ravages que cela provoque sur notre agriculture, sur la santé des plus fragiles, sur la biodiversité et sur notre quotidien.

À l’échelle locale, notre majorité écologiste et citoyenne agit pour le bien-être des habitantes et habitants. Mais à l’échelle nationale, nous devons être plus ambitieux. Et cela passe par une plus grande exigence envers nos législateurs. Il faut que la France prenne toutes les mesures possibles pour limiter le réchauffement climatique à son strict minimum. Nous pouvons le faire, nous devons le faire.

Strasbourg Écologiste et Citoyenne

Tags :
Tribune élu·es

Partagez cet article :

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Actualités récentes